HAUT
Image Alt

Science

Rien dans les sciences ne soutient l’idée de Nature ou celle d’essence, mais les sciences en restent imprégnées

Les sciences contemporaines ne font pas appel à l’idée de Nature ou de natures des choses, pas plus qu’à l’idée de Dieu. Et pourtant, elles restent imprégnées d’essentialisme et des idées d’ordre, de fonction, de finalité, de vitalisme. Qu’il s’agisse d’écologie, de génétique, de classification, d’évolution, de biologie, de médecine, d’alimentation, de « lois » naturelles, etc. Ainsi, la notion d’équilibre écologique n’a guère de sens ; celle de détermination génétique non plus ; de même l’idée que l’espèce, ou même plus généralement la biologie, « commanderait » à l’organisme, etc.

L'idée maîtresse du livre est que la notion d’ordre entrave la compréhension du vivant : chaque chose serait déterminée dans ses rapports aux autres, possèderait une place attitrée. Cette idée sévit dans tous les domaines, mais la vie en est le

Les discours naturalistes prospèrent dans le domaine de l'alimentation. Dans cette vidéo, Florence Dellerie nous invite à rompre avec le mythe de l’alimentation naturelle.

Selon Colette Guillaumin, le fait d’être appropriée, c'est-à-dire d'être une chose dans un rapport social déterminé, a un corollaire idéologique : la classe des approprié-es est considérée comme totalement immergée dans la nature, et est définie par ses caractéristiques corporelles.

Dans cette courte vidéo, Yves Bonnardel expose que l’idée de nature sert à court-circuiter la réflexion sur de nombreux enjeux éthiques et politiques, et que la combattre est crucial pour toutes les luttes d’émancipation.

Dans cette vidéo, Sohan Tricoire évoque un pilier de la naturopathie : le causalisme. Il s'agit d'une approche méthodologique visant à cibler les causes profondes des problèmes de santé, par opposition à la médecine conventionnelle, qui ne s’attaquerait qu’aux symptômes.

Dans cette courte vidéo, Jean-Jacques Kupiec présente un court aperçu de son ouvrage Et si le vivant était anarchique ? dans lequel il remet en question un des fondements de la génétique, en l'occurrence l’idée que le « vivant »

Le recours à l’ordre naturel des choses est souvent utilisé pour défendre les opinions qui nous apparaissent comme des évidences. Cette vidéo drôle et percutante illustre, jusqu’à l’absurde, les conséquences tragiques de cet appel à la nature.

L'essentialisme d'Aristote a exercé et exerce encore une influence prépondérante dans les champs scientifiques de l'évolution (la notion d'espèce, etc.) et de la génétique (l'idée de programme génétique). Jean-Jacques Kupiec nous conte l'histoire de cette influence, et présente ses propositions

Jean-Jacques Kupiec pose de sacrées questions. Et si l'idée de « programme génétique » était une illusion qui nous vient en droite ligne de l'essentialisme d'Aristote ? Et si la biologie moléculaire procédait elle aussi de phénomènes aléatoires, qui se voient simplement retenus