HAUT
Image Alt

Science

Rien dans les sciences ne soutient l’idée de Nature ou celle d’essence, mais les sciences en restent imprégnées

Les sciences contemporaines ne font pas appel à l’idée de Nature ou de natures des choses, pas plus qu’à l’idée de Dieu. Et pourtant, elles restent imprégnées d’essentialisme et des idées d’ordre, de fonction, de finalité, de vitalisme. Qu’il s’agisse d’écologie, de génétique, de classification, d’évolution, de biologie, de médecine, d’alimentation, de « lois » naturelles, etc. Ainsi, la notion d’équilibre écologique n’a guère de sens ; celle de détermination génétique non plus ; de même l’idée que l’espèce, ou même plus généralement la biologie, « commanderait » à l’organisme, etc.

Les discours naturalistes prospèrent dans le domaine de l'alimentation. Dans cette vidéo, Florence Dellerie nous invite à rompre avec le mythe de l’alimentation naturelle.

Selon Colette Guillaumin, le fait d’être appropriée, c'est-à-dire d'être une chose dans un rapport social déterminé, a un corollaire idéologique : la classe des approprié-es est considérée comme totalement immergée dans la nature, et est définie par ses caractéristiques corporelles.

Dans cette vidéo, Sohan Tricoire évoque un pilier de la naturopathie : le causalisme. Il s'agit d'une approche méthodologique visant à cibler les causes profondes des problèmes de santé, par opposition à la médecine conventionnelle, qui ne s’attaquerait qu’aux symptômes.

Dans cette courte vidéo, Jean-Jacques Kupiec présente un court aperçu de son ouvrage Et si le vivant était anarchique ? dans lequel il remet en question un des fondements de la génétique, en l'occurrence l’idée que le « vivant »

Le recours à l’ordre naturel des choses est souvent utilisé pour défendre les opinions qui nous apparaissent comme des évidences. Cette vidéo drôle et percutante illustre, jusqu’à l’absurde, les conséquences tragiques de cet appel à la nature.

Jean-Jacques Kupiec pose de sacrées questions. Et si l'idée de « programme génétique » était une illusion qui nous vient en droite ligne de l'essentialisme d'Aristote ? Et si la biologie moléculaire procédait elle aussi de phénomènes aléatoires, qui se voient simplement retenus

La notion d'espèce serait-elle une notion aussi peu scientifique que celle de race ? C'est la thèse que soutient David Olivier dans cet article. Qu'importe, pourrait-on se dire : les catégories scientifiques ne sont pas en soi des catégories

Cet article de Frédéric Mesguich porte sur l’« alimentation naturelle », souvent opposée aux spécialités issues de l’industrie agroalimentaire et à certaines techniques culturales. Pourtant, une alimentation « non naturelle » peut s’avérer meilleure pour la santé humaine, l’environnement et

Une analyse de David Olivier à partir de la malheureuse formule de « sélection naturelle » qui, en tant qu’expression finaliste (une sélection est réalisée intentionnellement dans un but déterminé), favorise l'attribution d'une finalité, une volonté et des objectifs, à